Sigida 11 Une alimentation saine et équilibrée

Prévention et traitement de la malnutrition

Le marasme. Essayez d’équilibrer un peu la nutrition en y introduisant des aliments énergétiques mais qui ne remplissent pas l’estomac aussi vite que l’aliment principal. Complétez, si possible, les plats à base de céréales (riz, mil, etc.) avec des aliments riches en protéines : arachides, haricots, lait, poisson frais ou séché, viande, ou œufs, additionnés d’huile végétale. Procédez graduellement : faites des bouillies plus liquides au début, en les épaississant et en augmentant les portions au fur et à mesure.

Kwashiorkor. Son traitement est plus difficile. Les enfants affectés sont plus fragiles que ceux qui souffrent de marasme. De plus, ils manquent totalement d’appétit, et au début, vous devrez les forcer à manger.

Commencez par des aliments liquides ou semi-liquides contenant beaucoup de protéines : du lait demi-écrémé (caillé ou non), auquel vous ajouterez du sucre et des protéines faciles à digérer (car ces enfants ont une digestion difficile). Il en existe en pharmacie, comme l’Hyperprotidine par exemple, dont la dose est d’1 petite cuillère cuillérée par kilo de poids et par jour.

Si vous ne pouvez pas obtenir de ces protéines concentrées, essayez de donner à l’enfant, en plus du lait, un œuf par jour, du poisson séché en poudre, ou d’autres aliments riches en protéines de haute qualité. Mais l’enfant se remettra plus lentement.

Ne donnez à l’enfant ni céréales ni autre aliment tant que ses enflures n’auront pas disparu.

Par la suite, vous pourrez reprendre une alimentation variée, mais toujours riche en protéines. N’hésitez pas à donner du lait même si l’enfant a la diarrhée, car celle-ci n’est, chez lui, qu’une conséquence de la malnutrition, et elle s’arrêtera avec le traitement. Tout au plus, remplacez le lait par du lait caillé.

Ces enfants ont aussi besoin de chlorure de potassium. Il en existe sous forme de comprimés ou de sirops. La quantité à donner dépend de l’importance des enflures et de la diarrhée (de 0,1 g par kilo et par jour, à 0,3 g par kilo et par jour). Donnez le chlorure de potassium pendant les repas, y compris quelques jours après la disparition des enflures.

Si vous ne pouvez pas obtenir de comprimés de potassium, ajoutez au régime des aliments qui en sont riches comme les arachides et les bananes.

Suivez le développement de ces enfants en les pesant tous les jours, et ne vous inquiétez pas si, au début, ils perdent du poids : c’est l’eau des enflures qui diminue. Dès la disparition des enflures, la courbe de poids devrait s’élever régulièrement, comme pour les enfants traités pour marasme.

Dans tous les cas, que ce soit pour le marasme ou pour le kwashiorkor, il faut :

📖 Table de matières
← Précédent | Suivant →