Sigida 14 Mègèw wajibiyalen don ka taa dègètèrèso la banajugu minnu na

Paludisme (ou malaria)

Le paludisme est une infection du sang qui cause des frissons et une forte fièvre. Elle est transmise par la piqûre d’un moustique. Celui-ci a aspiré les parasites du paludisme qui se trouvaient dans le sang d’une personne infectée, et les a injectés dans le corps d’une autre personne. Le paludisme peut être très dangereuse. Certaines formes de paludisme peuvent provoquer un coma et entraîner la mort. Les personnes infectées à VIH risquent deux fois plus que les autres d’attraper le paludisme.

Signes du paludisme

Les signes du paludisme ne sont pas toujours présents.

La crise de paludisme typique se passe en 3étapes :

image

  1. Au début, la personne a des frissons, parfois accompagnés de maux de tête et de vomissements. Elle a froid et tremble ou frissonne, pendant une durée de 15 minutes à 1 heure.
  2. Les frissons sont suivis d’une fièvre, qui peut dépasser 40 °C. La personne est très affaiblie, et délire parfois (elle n’est pas vraiment consciente et dit des choses qui n’ont pas de sens). Elle a très chaud. Cet état peut durer plusieurs heures ou plusieurs jours.
  3. Enfin, la personne commence à transpirer, et la fièvre diminue. Après la crise, elle se sent faible et très fatiguée, mais moins malade.

Analyse et traitement

Accès pernicieux, ou neuropaludisme, ou paludisme cérébrale

C’est la forme la plus grave du paludisme. Non traitée, elle entraîne la mort en 2 ou 3 jours, ou même plus tôt. Elle provoque des convulsions, puis la perte de connaissance (coma). Parfois, le coma se présente tout de suite. La fièvre est très élevée. On peut confondre cet accès avec une méningite.

Le meilleur traitement serait d’installer une perfusion intraveineuse de sérum glucose et quinine. Mais si la perfusion n’est pas faisable, en attendant une assistance médicale, injectez de la quinine dans les muscles : 25 mg par kg et par jour, en 2 prises par jour, tant que durera le coma. Puis vous pourrez donner de la chloroquine par la bouche, comme dans le traitement du paludisme simple.

Comment éviter le paludisme (et la fièvre dengue)

Le paludisme pourrait être éliminée si tout le monde adoptait chacun des moyens suivants pour la combattre :

1. Éviter les piqûres des moustiques. Dormir sous une moustiquaire traitée à l’insecticide, ou sous un drap. Recouvrir le lit du bébé d’une moustiquaire traitée à l’insecticide ou d’un tissu très fin.

image

2. Participer aux campagnes de lutte contre le paludisme en aidant les équipes sanitaires qui viennent dans les villages : rapporter tout accès de fièvre survenu dans la famille, et accepter de faire une analyse de sang.

image

3. Suivre un traitement antipaludique dès le premier soupçon de paludisme. Après le traitement, les piqûres de moustiques ne pourront plus transmettre les parasites du paludisme à d’autres personnes.

image

4. Détruire les moustiques et leurs larves. Les moustiques se reproduisent dans l’eau qui se dépose et ne coule pas. Vider et éliminer les flaques d’eau, mares, vieux pneus, pots cassés, boîtes de conserve et tout endroit où l’eau se recueille inutilement. Mettre un couvercle sur les récipients d’eau utiles.

image

5. On peut aussi prévenir le paludisme, ou au moins largement diminuer ses effets, en prenant des antipaludiques sur une base régulière, prévue dans un programme préventif. Voir p. Contre le paludisme (la malaria).

Ja

📖 Table de matières
← Précédent | Suivant →