Chapitre 21 Prendre soin des enfants

Les problèmes de santé chez les enfants

Parfois, malgré toutes nos actions de prévention, les enfants tombent malades. Chez eux, une maladie peut s’aggraver très rapidement. Il est donc important de noter tous les signes qui annoncent une maladie et de s’en occuper tout de suite.

Signes de danger

Un enfant qui a l’un des signes ci-dessous a besoin d’un traitement rapide et d’une surveillance constante. Soigné, il se portera de mieux en mieux. Mais s’il présente plus d’un de ces signes, ou si le signe s’aggrave, l’enfant est en danger :

La déshydratation

La déshydratation est un manque d’eau dans le corps. La plupart des enfants qui meurent d’une diarrhée meurent en réalité de déshydratation. Le traitement consiste simplement à boire plus, pour remplacer les liquides perdus. Ce traitement de réhydratation est décrit à partir de la page Prévention ou traitement de la déshydratation. Lisez ces pages pour apprendre à traiter une déshydratation due à la diarrhée, à des vomissements, ou au fait de travailler trop longtemps au soleil ou dans un bâtiment où il fait très chaud. La déshydratation due à la diarrhée étant si dangereuse pour les enfants, vous devrez constamment surveiller ce qui suit :

Signes

Commencez le traitement immédiatement, avant que les signes n’empirent.

Signes d’aggravation

Ja

Tirez la peau qui recouvre le dessus de la main ou l’estomac entre deux doigts, comme ceci :

Ja

Si la peau ne revient pas sa place, l’enfant est probablement déshydraté.

Quand l’état de déshydratation devient aussi sévère, l’enfant est en grand danger. Un traitement rapide peut lui sauver la vie.

Traitement et prévention

Le traitement de la déshydratation est simple : donnez beaucoup à boire. Voyez la recette d’une boisson de réhydratation qui peut sauver la vie, à la page La boisson de réhydratation orale. Si l’état de l’enfant ne s’améliore pas rapidement, cherchez un secours médical.

Lait maternel

Si vous allaitez un enfant déshydraté, continuez à le faire téter et donnez-lui aussi de la boisson de réhydratation. Allaitez votre enfant plus souvent, au moins toutes les 2 heures. Laissez l’enfant téter aussi longtemps qu’il le désire.

La diarrhée

La diarrhée, ce sont des selles molles et liquides. Il y a beaucoup de causes à la diarrhée de l’enfant, le plus souvent liées, d’une part, à la propagation de microbes favorisée par de mauvaises conditions d’hygiène, et d’autre part, à une alimentation trop pauvre. Quoique la diarrhée disparaisse généralement sans l’aide de médicaments, un traitement reste essentiel : donner beaucoup à boire pour remplacer les liquides perdus par les selles. S’il ne boit pas, un enfant qui a la diarrhée peut perdre tant de liquide qu’il en meurt.

Vous sauverez la vie de l’enfant, en lui donnant à boire des liquides pour remplacer ceux qu’il a perdus.

Vous pensez peut-être que faire boire un enfant aggravera sa diarrhée ? Ce raisonnement paraît logique quand vous voyez l’enfant expulser tant de diarrhée liquide. Mais en réalité, les liquides ne provoquent pas de diarrhée.

Ne pas donner de liquides à l’enfant ne diminue pas sa diarrhée. Au contraire, cela le met en danger.

Ja

Les liquides ramènent la santé en cas de diarrhée.

Ja

Pour en savoir plus sur la diarrhée, voir p. La propreté et les maladies de la malpropreté. Les recommandations ci-dessous s’appliquent spécifiquement aux enfants.

Traitement

Ja

Le lait maternel remplace les liquides et les éléments nutritifs perdus avec la diarrhée.

Ja

La malnutrition et la diarrhée

Les enfants malnutris ont plus souvent des diarrhées, et plus de mal à en guérir. En effet, ces 2 maladies s’influencent l’une l’autre, dans un cycle nuisible.

La malnutrition cause la diarrhée — la diarrhée cause la malnutrition.

Ja

1. Une alimentation pauvre (malnutrition) nuit à l’ensemble du corps, y compris l’intestin.

2. L’intestin, abîmé par la malnutrition, absorbe peu d’aliments. La nourriture ne fait qu’y passer rapidement. C’est la diarrhée.

3. L’évacuation constante d’excréments élimine aussi les éléments nutritifs. L’absence de ces éléments caractérise la malnutrition.

En interrompant ce cycle désastreux, on empêche l’enfant de mourir de la combinaison de ces 2 causes, ou d’une des multiples infections qui atteignent les enfants affaiblis par une faim et une diarrhée constantes.

Si vous n’avez que de très peu d’argent, dépensez-le pour nourrir votre enfant. Une meilleure alimentation le renforcera et lui permettra de guérir plus vite, et de réduire le risque qu’il attrape une nouvelle diarrhée.

Voir le traitement de la malnutrition sévère à la page La malnutrition sévère.

Le zinc aide à faire cesser la diarrhée

Le zinc est un minéral (p. Zinc) qui aide à réduire la diarrhée infantile. Donnez-en aux enfants qui ont une diarrhée, si vous pouvez en obtenir.

Bébés de 2 à 6 mois : donnez 10 mg de zinc tous les jours pendant 10 jours. Écrasez le comprimé et mélangez-le avec un peu de lait maternel.

De 6 mois à 5 ans : donnez 20 mg de zinc tous les jours pendant 10 jours.

Vomissements

Certains enfants vomissent plus souvent que d’autres. Mais si un enfant vomit beaucoup ou montre des signes de déshydratation, donnez-lui une boisson de réhydratation. Au début, ne donnez qu’une cuillerée toutes les 15 minutes, même s’il continue à vomir. S’il ne rejette pas ce qu’il boit, donnez-lui une cuillerée toutes les 5 minutes. Par la suite, augmentez la quantité. En lui donnant le plus tôt possible plus de liquides et de nourriture, vous l’aiderez à retrouver ses forces.

Fièvre

Les enfants ont souvent de la fièvre, qui peut être très forte, quand leur corps lutte contre une maladie. Soulagez l’enfant en lui donnant du paracétamol (acétaminophène) ou de l’ibuprofène. Des compresses mouillées et un bain à fraîche température (mais pas froids) peuvent aussi calmer la fièvre. Donnez-lui beaucoup de liquides pour prévenir une déshydratation. Chez un jeune enfant, une très forte fièvre peut causer des convulsions (p. La crise d’épilepsie et les convulsions). Mais la fièvre, surtout quand elle est élevée, peut aussi signaler une grave infection. Le souci le plus important face à un enfant fiévreux est de trouver et de traiter la cause de sa fièvre.

Signes de danger et causes de fièvre

Une fièvre accom­pagnée de… peut signaler… Voir page
torti­colis ou forte migraine une méningite La méningite
multiples boutons rouges une rougeole La rougeole
toux chronique Tuber­culose La tuber­culose
maux d’estomac et diarrhée, ou constipation, avec parfois des taches roses sur le ventre ou sur les côtés (en cas de typhoïde, la fièvre augmente progressivement pendant environ une semaine, puis les maux de ventre commencent) une typhoïde Typhoïde
frissons, ou toute fièvre si vous vivez dans une zone de paludisme un paludisme Le paludisme (la malaria)

Ja

Le paludisme (la malaria)

Cette maladie est décrite en détail à partir de la page Paludisme (ou malaria). Dans les zones de paludisme, c’est l’une des plus grandes causes de mort chez les enfants.

Signes

Traitement

Si possible, faites un test de dépistage avant d’appliquer un traitement antipaludique. Si vous n’avez pas accès à ce test et que le paludisme est courant dans votre région, commencez sans attendre un traitement antipaludique en présence d’une fièvre dont vous ne pouvez pas déterminer la cause.

L’anémie étant courante chez les enfants atteints de paludisme, il est recommandé de leur donner aussi des suppléments de fer).

Signes de danger

Ces signes sont une urgence médicale, car ils indiquent un danger mortel. Injectez immédiatement de l’artésunate). Si vous n’en avez pas, injectez de la quinine.

Prévention

Ja

Empêchez le paludisme en installant des moustiquaires sur les lits, et aux portes et fenêtres.

Plusieurs moyens de diminuer les risques de paludisme dans votre famille ou votre communauté sont proposés à la page Comment éviter le paludisme.

Les convulsions

Ja

Les convulsions sont des crises soudaines et généralement courtes, caractérisées par une perte de connaissance ou un trouble de la conscience, et, le plus souvent, des mouvements brusques et désordonnés. Mais il peut arriver que l’enfant soit au contraire immobile pendant la crise.

Un jeune enfant peut convulser à cause d’une fièvre élevée, d’une déshydratation, d’une blessure, d’une crise de paludisme, ou pour d’autres raisons encore. Les accès de convulsions qui se répètent sont appelés “épilepsie” (p. Épilepsie).

Pendant un accès de convulsions, dégagez l’espace autour de l’enfant pour qu’il ne se blesse pas. Tournez-le sur le côté de manière qu’il ne s’étouffe pas s’il vomit. Ne retenez jamais un enfant qui convulse et n’essayez pas de tenir sa langue.

Si aucune de ces dangereuses causes de convulsions ne semble probable, une crise isolée peut ne pas être inquiétante (même si elle est très effrayante à voir). Si la crise se répète, consultez un soignant.

Les spasmes du tétanos peuvent être pris pour des convulsions. La mâchoire se contracte et reste fermée et le corps se raidit brusquement vers l’arrière. Apprenez à reconnaître les signes de tétanos peuvent apparaître le lendemain ou des semaines après une blessure.